Notre-Seigneur est notre modèle, notre “voie”. Or, qu’a-t-il fait ? En arrivant en ce monde, il s’est donné. C’est le premier acte humain, pourrait-on dire, le premier acte de l’humanité du Christ. Il n’a pas affirmé son existence comme fera Descartes: “je pense, donc je suis”, il a dit : j’existe, donc je me donne. C’est le premier acte de Notre-Seigneur : “Vous n’avez pas voulu des holocaustes, vous m’avez donné un corps, vous m’avez créé, me voici pour faire votre volonté” (He 10, 5-7) et déjà dans tout cela, il y a l’offrande pour le sacrifice.

G. Gaucher, biographie p. 190

Disposition foncière du Christ, le don complet de soi est une disposition foncièrement chrétienne. Elle identifie au Christ par les profondeurs, et, sans elle, toute imitation de Jésus ne saurait être que superficielle et peut-être vain formalisme extérieur. Pour être du Christ il faut lui être livré comme il est livré à Dieu, car nous sommes du Christ et le Christ est à Dieu.
Le don de nous-mêmes nous livre à la grâce du Christ qui est en nous, elle est un appel à une emprise plus complète du Christ. […] chez nous, le don de soi est une provocation à la miséricorde divine pour des envahissements nouveaux. La miséricorde ne peut que répondre car elle est l’amour qui se penche irrésistiblement sur la pauvreté qui l’appelle.
Je veux voir Dieu t° 32

– 10 minutes de prière en méditant la lettre aux Hébreux ch. 10, verset 7

– Conseil pratique: quel geste concret exprimera aujourd’hui mon désir de progresser dans le don de moi-même selon ma vocation?