Question

 

Vous avez une ou des questions sur l’institut Notre Dame de Vie, la vie de ses membres ou sa spiritualité ?

 

N’hésitez pas à nous contacter en cliquant sur le lien suivant.

 

Vous trouverez déjà ci-dessous les questions fréquemment posées

Vivez-vous en communauté à Notre-Dame de Vie?

-

La maison de Notre-Dame de Vie, à Venasque, est pour les membres de l’institut comme une maison de famille. Ils y reviennent pour des temps de ressourcement, le week-end ou pendant leurs congés. Ainsi la réponse est :

  • Non, les membres vivent chacun dans leur pays et ville respectifs, insérés dans leur milieu comme tout chrétien. Ils ne résident pas à Notre-Dame de Vie.
  • Oui, lorsque les membres sont à Notre-Dame de Vie pour se ressourcer, la maison vit un rythme régulier qui facilite l’apaisement et la vie fraternelle. Une raison supplémentaire à ce rythme communautaire est que la maison de Notre Dame de Vie à Venasque est aussi maison de formation.

Un institut séculier, c'est quoi?

Un institut séculier est un institut de personnes consacrées à Dieu par les 3 vœux de pauvreté, chasteté et obéissance.

La modalité de vie est séculière, c’est-à-dire que les membres d’un institut séculier vivent dans la société comme tout laïc en y intégrant les exigences d’absolu de la vie consacrée.

Pour aller plus loin, visitez la rubrique « un institut séculier ».

Quelle est la différence entre un religieux et un(e) consacré(e) de Notre-Dame de Vie?

-

Pour répondre à cette question, il faut distinguer deux aspects :

  • la vie consacrée  : la profession des conseils évangéliques par les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance est commune aux instituts (ordres) religieux et séculiers. Ainsi, pas de différence quant à la consécration totale à Dieu.
  • La modalité de vie : la manière de vivre la consécration est elle, par contre, radicalement différente. Quand un religieux est généralement appelé à vivre à l’écart de la vie du monde, par un habit distinctif, une vie communautaire et un rythme témoignant d’une autre cité, le consacré séculier est appelé à s’insérer dans la vie du monde comme le levain dans la pâte et à le modeler selon l’évangile. Ainsi la différence est complète quant à la manière de vivre la consécration.

Pour aller plus loin, visitez la rubrique « Qui sommes-nous? ».

Pourquoi les hommes laïcs ne deviennent-ils pas prêtres?

Toute vocation, qu’elle soit particulière (= vie consacrée ou sacerdoce) ou commune, est un appel de Dieu. Ainsi, la question que tout un chacun doit se poser est : « quelle est la volonté de Dieu sur moi ? »

En effet, Dieu a l’initiative, l’homme répond.

Se consacrer à Dieu est donc un appel, gratuit, sans autre explication que la libéralité divine pour ses créatures. Des hommes sont ainsi appelés à donner leur vie complètement sans pour autant être appelés à devenir prêtre. A Notre-Dame de Vie, ils forment la branche masculine laïque : ils sont Fils de Notre-Dame de Vie.

Quel est votre apostolat?

Les membres de Notre-Dame de Vie vivent dans la société de manière ordinaire. Ils y exercent les professions (laïcs) et les ministères (prêtres) les plus variés, tout comme une vie sociale et associative en fonction des possibilités de chacun.

 

Dans le monde d’aujourd’hui, bruyant et agité, où l’intériorité fait défaut, ils ont à témoigner de Dieu en rappelant que « La cité de l’homme n’est pas uniquement constituée par des rapports de droits et de devoirs, mais plus encore, et d’abord, par des relations de gratuité, de miséricorde et de communion.

(Caritas in Veritate, Benoit XVI)

Allez-vous à la messe tous les jours?

Pour les membres laïcs, c’est un des engagements que de participer à l’Eucharistie tous les jours, ce qui est une vraie chance lorsque cela est toujours possible. En effet, les horaires des messes ne sont pas toujours conciliables avec une vie professionnelle ou tout simplement avec une vie « hors grande ville ». Pour la France et quelques autres pays, nous sommes confrontés comme tout catholique à la raréfaction des messes quotidiennes dans bien des régions. Par conséquent, la participation à la messe quotidienne est vraiment liée au type d’insertion du membre (lieu, rythme de travail) qui fera cependant tout pour rendre cela possible.

Si la situation ne lui permet pas de se nourrir habituellement de l’eucharistie, il sera prêt à changer son insertion professionnelle.

Faites-vous des vœux privés ou des vœux publics?

 

-

Par l’intermédiaire de la Sacré Congrégation pour la Vie Consacrée et les Instituts de Vie Apostolique, L’Eglise reconnaît l’engagement stable et plénier de toutes les personnes qui ont fait profession des conseils évangéliques de pauvreté, chasteté et obéissance, quel que soit leur modalité de vie (cf. différence entre un religieux et un séculier, question posée plus haut).

Ce qui fait la différence entre les voeux publics et privés c’est la reconnaissance comme tels par l’Eglise. Le canon 1192 stipule au § 1 : « Le voeu est ’public’ s’il est reçu au nom de l’Eglise par le Supérieur légitime ; sinon, il est ’privé’. »

 

Les membres de l’Institut Notre-Dame de Vie font donc des vœux publics.

Comment arrivez-vous à faire 2 heures d'oraison chaque jour avec une vie professionnelle et sociale déjà bien remplie?

Chacun Tele-FaireOraisonexpérimente dans sa vie qu’il y a de nombreuses tâches qui se font – ou ne se font pas – pour une simple question de  priorité.

Les mères de famille, par exemple, ne se posent pas la question de savoir s’il faut s’occuper des enfants : c’est généralement de nombreuses heures, du lever au coucher, qui leur sont dédiés quand bien même ces mères auraient une vie professionnelle. Et cela sans considérer d’autre part, et toujours pour exemple, qu’une partie significative de nos contemporains passent plus de 2 heures devant la télévision par jour …

Bref, aimer et prier, c’est un choix pour lequel il « suffit » de s’organiser.

Allez-vous en vacances dans votre famille?

 

-

L’engagement à Notre Dame de Vie comporte des retours réguliers et prolongés dans une maison de ressourcement. De manière pratique, cela prend la plupart des congés disponibles.

Par ailleurs, une personne consacrée est donnée à Dieu, dans l’institut où se réalise sa vocation, ce qui suppose un certain détachement par rapport aux relations familiales. Cependant, et comme toujours à Notre Dame de Vie, cela dépend des circonstances.

De manière générale, lorsque la famille a besoin d’aide ou de soutien, le membre de Notre Dame de Vie se fait alors, dans la mesure du possible, beaucoup plus présent auprès d’elle.

Le père Marie-Eugène était très attentif aux familles des membres de l’institut. A sa suite, Marie Pila, co-fondatrice, a souhaité pouvoir offrir aux parents des membres de Notre-Dame de Vie un lieu d’accueil pour leur retraite. C’est ainsi qu’une maison du 3ème âge a été fondée et dédiée à cet accueil dans le village de Venasque.

Ainsi, la réponse à la question ne peut être ni pleinement « oui » ni pleinement « non  » : tout est question de nuance et de souplesse, en fonction des périodes et des besoins !

Les foyers de Notre-Dame de Vie sont-ils consacrés?

Non. Un foyer de Notre-Dame de Vie vit sa vocation d’époux qui est une vocation à part entière. La vie consacrée est un état de vie en soi où la personne est donnée à Dieu exclusivement, par la profession des conseils évangéliques (pauvreté, chasteté, obéissance).

Les foyers de Notre-Dame de Vie sont des couples qui désirent vivre de la spiritualité du Carmel et du charisme propre de l’institut Notre-Dame de Vie. Ainsi, un chemin progressif conduit à s’engager à approfondir sa relation personnelle au Christ par le moyen d’un temps d’oraison quotidien, et à témoigner dans le monde de Dieu en vivant une vie familiale profondément chrétienne.

Pour allez plus loin, vous pouvez lire l’article « Associés et Foyers »

Comment décidez-vous des insertions professionnelles?

Le choix de l’insertion professionnelle se fait dans le dialogue entre un membre et son responsable. Sont pris en considération l’histoire et les aptitudes du membre, les besoins de l’institut ainsi que bien d’autres paramètres. Après cet échange, le membre accueille la décision finale de son responsable dans un esprit de foi, exerçant ainsi son vœu d’obéissance.

On peut réellement dire que c’est du « cas par cas », propre à un institut séculier qui est créé pour tous les milieux et métiers (licites) ici-bas.