Esprit d’amour qui se donne, flamme amie qui consume, comme il est cher à l’âme ! et sa joie est de le sentir en soi, de se sentir en lui et si profondément, si intimement, que désormais rien ne pourra les séparer.

Je veux voir Dieu, p. 1012